Aux origines du mouvement UNSER LAND se trouve la réunion d’Alsaciens et d’Alsaciennes convaincus que seul un parti vraiment alsacien est en mesure de défendre les intérêts de l’Alsace.

 

Une partie importante des membres d’UNSER LAND provient deux anciens mouvements :

L’Union du Peuple Alsacien / Elsässische Volksunion, parti politique autonomiste fondé en 1988, membre fondateur de la fédération Régions et Peuples Solidaires ainsi que de l’Alliance Libre Européenne.

Fer’s Elsass, mouvement de jeunes fondé en 2001.

 

Comme l’Union du Peuple Alsacien et Fer’s Elsass, UNSER LAND est un parti dont la seule préoccupation est l’Alsace et son avenir.

 

Comme ses prédécesseurs, UNSER LAND combat les tentatives de récupération du mouvement alsacien par l’extrême-droite en général et par Alsace d’Abord en particulier. Leur attachement de ces partis à la cause alsacienne n’est qu’une façade creuse. Dans les faits, ces partis ne servent qu’à diffuser une idéologie xénophobe, sans rapport avec la question alsacienne. Leur présence décrédibilise le mouvement alsacien en général.

 

http://www.unserland.org/


Actualité d'Unser Land

UN SONDAGE ET DEUX BONNES NOUVELLES : LES ALSACIENS PERSISTENT ET SIGNENT

Unser Land se réjouit des résultats du dernier sondage IFOP paru le 7 janvier dernier au sujet de la question alsacienne. Ce sondage indique notamment que 68 % des Alsaciens souhaitent que la Collectivité européenne d’Alsace devienne une vraie région, hors du Grand Est ; 55 % sont favorables à la création d’un parti politique alsacien revendiquant la sortie de l’Alsace de la Région Grand Est.

 

Ce sondage démontre une nouvelle fois — s’il le fallait — que les Alsaciens ne se reconnaissent pas dans le Grand Est, qu’ils aspirent à une réelle autonomie administrative et souhaitent que cette opinion soit représentée au plan électoral. Cette aspiration est particulièrement vive chez les jeunes.

Voilà deux bonnes nouvelles. La première : les Alsaciens ne sont pas résignés. La seconde : le parti qu’ils appellent de leurs vœux existe déjà, c’est Unser Land.

 

La sortie du Grand Est est indispensable, mais elle ne résoudra pas à elle seule les problèmes et défis auxquels est confrontée la société alsacienne. Il faut reconstruire l’Alsace autour d’un vrai projet : obtenir une collectivité à statut particulier, réancrer l’Alsace dans l’espace rhénan, développer la démocratie directe, faire de l’économie alsacienne un modèle de développement durable.

 

En cette nouvelle année électorale, nous nous fixons comme objectif d’accroître encore notre notoriété et de mieux faire connaitre notre projet de société. C’est pourquoi notre mouvement sera massivement présent à toutes les élections des mois à venir.

 

Nous appelons l’ensemble des Alsaciens à rester unis et à transformer leurs convictions en engagement en rejoignant Unser Land, mouvement citoyen ouvert à tous. Unis, nous serons plus fort que jamais.

 

Jean-Georges Trouillet

Président

+33 6 67 28 85 69

Les vœux du Président d'Unser Land

Chers membres et sympathisants,

 

 

Cette première lettre d’information du mois de janvier et l’occasion pour moi de vous souhaiter une excellente année 2020. Pour notre mouvement, ce sera une année clé. En effet, nous entrons dans un nouveau cycle d’élections, à commencer par les élections municipales au printemps, puis les sénatoriales à l’automne. Viendront ensuite, au printemps 2021, les élections départementales et, le même jour, les élections de la région grotesque. Ces élections seront déterminantes pour l’avenir de l’Alsace.

 

En quelques années, nous avons réussi à bouleverser la donne politique en Alsace. Jusqu’à présent, seul les modes de scrutins iniques qui caractérisent ce pays ont pu nous priver d’élus. Dans n’importe quel autre pays européen, nous compterions déjà une vingtaine d’élus départementaux, « régionaux » ainsi qu’un ou deux députés. Mais ce n’est qu’une question de temps, car, comme le confirment de façon récurrente les sondages, nous sommes indéniablement portés par le vent de l’histoire. Autour de nous, les partis politiques qui s’étaient accaparés le pouvoir depuis des décennies s’effondrent irrémédiablement. Quant aux attaques – parfois ignobles – dont nous avons été la cible ces derniers mois, elles témoignent avant tout de la grande fébrilité de nos adversaires.

 

La création de la Collectivité européenne d’Alsace (CEA) ne répond certes pas à nos attentes mais elle démontre que nos efforts ne sont pas vains. La détermination et le courage finissent toujours par payer. Nous avons franchi une première étape, nous devons maintenant démontrer que nous sommes aptes à assumer des responsabilités d’élus. C’est cet immense défi que nous aurons à relever dans les mois qui viennent.

 

Je compte sur vous pour écrire ensemble une nouvelle page d’histoire d’Alsace, une page qui sera peut être l’une des plus belles.

In elsässischer Brüderlichkeit,

 

Jean-Georges Trouillet

Président

L'IDENTITÉ ALSACIENNE, ANTIDOTE À L'ANTISÉMITISME !

Unser Land dénonce les actes de vandalisme par lesquels le cimetière juif de Westhoffen a été profané. Le parti alsacien s'inquiète de la multiplication des dégradations ciblées de lieux de culte en Alsace et dans l'ensemble des régions de France. Les violations récurrentes de lieux sacrés, parmi lesquels ceux où reposent nos morts, témoignent de la fragilité et de la déliquescence des valeurs fondatrices de notre civilisation.

 

Cependant Unser Land s'insurge contre les sentences hâtives rapportées dans l'article des DNA de ce jour sous-titré « l'antisémitisme et l'Alsace ». 

Alors que la France entière est exposée à une recrudescence d'actes ostentatoirement blasphématoires - un phénomène profondément alarmant - le président Rottner et son alliée de circonstance Mme Pernelle Richardot, appuyés par M. Deneken, président de l'université de Strasbourg, réagissent en jetant l'anathème sur les Alsaciens, porteurs d'une haine spécifique: « un refus de l'Autre en Alsace » qui serait fatalement lié aux « débats identitaires alsaciens [qui ] sont en train de réveiller la bête immonde »... Ce faisant, ils tentent d'entraîner le débat public dans des dérives malsaines et mal à propos.

 

Nous invitons ces personnalités à recouvrer la raison et à faire taire en eux leur ressentiment à l'égard d'un peuple et d'une région dont ils n'ont pas su défendre les intérêts et qu'ils ont trahis. Un examen serein de la situation permet d'établir que le problème dépasse largement le périmètre alsacien. Dans un article du 12 février dernier BFM TV rapporte que, à l'échelle de tout le pays, « selon un bilan du ministère de l'Intérieur, en 2017, ont été dénombrées 978 atteintes aux édifices religieux et aux sépultures, dont 878 contre des lieux chrétiens », soit une moyenne de près de 3 par jour, généralement peu médiatisées.

 

Les dégradations de caractère antisémite sont certes plus fréquemment déplorées en Alsace que dans d'autres régions, mais cela s'explique non pas par une particularité ethnique sur un prétendu fond généralisé d'antisémitisme, mais simplement pour des raisons statistiques : l'Alsace a été et reste une terre d'accueil pour les Juifs, comme elle l'a été pour les protestants chassés de France. Il existait en Alsace un judaïsme rural spécifique. Des villages bien marqués par la culture juive ont prospéré. Cimetières juifs et synagogues sont partout présents dans nos paysages et appartiennent à notre patrimoine commun.

L'Alsace n'a aucun problème, bien au contraire, avec la communauté juive dont la langue, le judéo-alsacien, interagit avec l'Elsasserditsch.

 

Elle a simplement un problème avec l'antisémitisme dont se parent la bêtise et la violence de certains individus qui ne sont quasiment jamais identifiés et qui ne sont en rien représentatifs de la population. Elle a surtout un problème avec une pseudo élite repliée sur elle-même et ses seuls intérêts, acharnée à nier et effacer la réalité alsacienne, qualifiée de « fantasmée »..., et insultant son propre peuple par des amalgames honteux.

Sus au racisme anti-alsacien !

 

Andrée Munchenbach

Secrétaire fédérale d'Unser Land

+33 6 35 10 28 78

Appel à manifester contre la réforme Blanquer

Le parti alsacien Unser Land appelle à participer massivement à la manifestation initiée par le collectif « Pour que vivent nos langues » à Paris (devant le ministère de l’Éducation nationale) ce samedi 30 novembre 2019 à 11 h.

 

En dépit de multiples condamnations par l’ONU, l’État français, continue son œuvre de destruction du patrimoine immatériel millénaire que sont nos langues et nos cultures.

 

Les attaques contre l’enseignement de nos langues sont nombreuses. La réforme récente des enseignements au lycée et de l’organisation du baccalauréat ont des conséquences terribles pour toutes les filières de langues régionales, comme le prouvent les remontées de terrain montrant partout une chute dramatique des effectifs d’élèves inscrits en langues régionales (-70 % dans certaines classes).

 

Nous regrettons la très faible mobilisation des élus alsaciens. À ce jour, seulement 5 de nos parlementaires ont signé l’appel « Pour que vivent nos langues ».

 

Il est pourtant urgent que nos langues obtiennent une reconnaissance officielle et une loi spécifique pour sortir de la précarité et obtenir de vraies avancées. Il n’est pas tolérable que, par archaïsme et intolérance culturelle, l’État français nous condamne à l’uniformité et au monolinguisme et nous exclue du cercle des pays européens appliquant la charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

 

Le collectif « Pour que vivent nos langues » a été créé en septembre 2019 à l’initiative de François Alfonsi, député européen corse (« Régions et Peuples Solidaires » [dont Unser Land est membre]) auteur du Rapport sur les langues menacées de disparition et la diversité linguistique au sein de l’Union européenne, et de Paul Molac, député du Morbihan et président du groupe d’études « Langues et cultures régionales » à l’Assemblée nationale. Près d’une cinquantaine d’associations sont membres de ce collectif.

 

Andrée Munchenbach

Secrétaire fédérale d'Unser Land

+33 6 35 10 28 78

Hommage à tous les morts de la guerre de 1914-18. An alle Geopferten.

Depuis 4 ans le parti Unser Land organise une cérémonie alternative à la cérémonie officielle du 11 novembre, pour corriger le discours du secrétaire d’État aux anciens combattants lu par les maires devant les monuments aux morts. En effet ce discours rend hommage exclusivement aux Poilus morts pour la France et méconnaît la réalité alsacienne et mosellane : nos aïeux étaient depuis le traité de Francfort de 1871 sujets de l’empire allemand. Ils se sont battus et sont morts dans leur immense majorité dans l’uniforme Feldgrau.

 

Unsri Gschicht, dont nous suivons les travaux avec beaucoup d’intérêt, a entrepris de rappeler cette réalité historique à tous les maires d’Alsace et de Moselle pour les inviter à adapter leur discours.

Unser Land a interrogé le maire de Strasbourg sur son intention d’inclure un hommage explicite aux Feldgrauen dans son discours et de faire apparaître, à côté du drapeau national, un drapeau aux  couleurs de l’Alsace, celui adopté à l’unanimité par le Landtag Elsass-Lothringen/le parlement d’Alsace-Moselle en 1912. Fera-t-il entendre, en plus de la Marseillaise, un hymne alsacien ?

 

Sans réponse de sa part sur son intention de réorienter la cérémonie dans le sens de la vérité alsacienne, Unser Land continuera d’organiser un hommage spécifique. Nous déposerons notre gerbe sous les couleurs de l’Alsace à 9 h 30 au monument de la place de la République à Strasbourg.

 

Andrée Munchenbach

Secrétaire fédérale d'Unser Land

+33 6 35 10 28 78

 

Unser Land écrit à Gilbert Meyer, Maire de Colmar et à ses conseillers municipaux

Monsieur le Maire,

 

Mesdames et messieurs les conseillers municipaux,

 

La décision du dernier Conseil Municipal de donner à la bibliothèque de Colmar le nom de l’ancien président Jacques Chirac récemment décédé nous consterne.

 

La bibliothèque des Dominicains recèle des joyaux de l’histoire littéraire alsacienne et rhénane. Elle a une importance patrimoniale de même niveau que la bibliothèque humaniste de Sélestat/Schlettstadt dédiée à Beatus Rhenanus, enfant de la ville.

 

 

L’engagement de l’ancien président de la République française en faveur des arts premiers pourrait éventuellement constituer un lien vers ce haut lieu de culture. Sauf que précisément des peuples premiers ont eu à souffrir de son action à la tête de l’État. En effet, Jacques Chirac porte la responsabilité première du massacre des militants kanaks de la grotte d’Ouvéa. C’est par ailleurs lui qui a commandé les derniers essais nucléaires dans le Pacifique, dont les populations locales subissent durablement les conséquences sanitaires. 

 

Des affaires de corruption durant son mandat de maire de Paris entachent également son bilan, globalement peu compatible avec les valeurs de l’humanisme rhénan auquel se rattache la bibliothèque.

 

Si l’on rajoute l’opposition de Jacques Chirac, s’appuyant sur le Conseil constitutionnel, à la ratification de la Charte européenne des langues régionales, on saisit l’incongruité qu’il y aurait à graver son nom au fronton du temple colmarien des alsatiques, d’une littérature rédigée dans la langue historique, mais non constitutionnelle des Alsaciens.

 

Permettez — une suggestion : si vous souhaitez honorer l’un de vos grands amis politiques et parisiens, réservez le nom de M. Balkany pour la nouvelle prison de Colmar.

 

In elsässischer Verbundenheit.

 

Andrée MUNCHENBACH

Secrétaire fédérale d'Unser Land

La Justice objet d'un chantage électoral !

Unser Land s’insurge contre les dérives ubuesques d’un système qui bafoue le principe de la séparation des pouvoirs et prétend instrumentaliser la Justice à des fins purement politiciennes et électoralistes. Ainsi, selon un article dévoilé par le canard enchaîné le 23 octobre et repris depuis par une grande partie de la presse, l’avenir du tribunal de Saverne dépendrait du résultat des prochaines élections et du degré d’allégeance des Savernois au parti présidentiel. Si le score de LREM est jugé insatisfaisant, les justiciables seront privés d’une juridiction héritée du XVe siècle et du Saint Empire. On rêve ?

 

Le sort de l’institution judiciaire serait concocté par une officine parisienne de LREM ? Sans justification technique, sans consultation des professionnels de la Justice, des justiciables ou encore des représentants élus du peuple ?

Nous dénonçons une nouvelle atteinte au service public de proximité, dans l’inacceptable continuité du démantèlement programmé du tissu social : hôpitaux, bureaux de poste, trésoreries…

 

De fait, les tripatouillages et méthodes des dirigeants LREM appellent une vraie bonne raclée électorale !

 

Anastasie Leipp

Responsable de la section Unser Land de Saverne

+33 6 87 07 10 50

Lettre à Madame Barbara CASSIN de l'Académie Française

Madame,

 

 

Votre élection à l' Académie française et votre discours inaugural remplissent de joie et d'espoir tous les défenseurs des cultures et des langues, plus particulièrement des langues régionales. Le panache et l'audace de votre intervention marqueront l'Histoire. D'emblée votre épée d'académicienne, non conventionnelle et pacifique, porte un message inouī parmi les gardiens du Temple de la langue française, la sacro-sainte et exclusive langue de la République : "Plus de langue" !

 

Alsaciens et Mosellans, nous luttons pour la préservation d'une langue plus que millénaire, pont culturel vers de nombreux peuples germanophones européens. Victimes de la politique d'éradication des parlers régionaux, appliquée avec  une rare efficacité par l'Education Nationale – entre autres institutions -, l'Elsasserditsch et le Platt (l'alémanique et le francique) que nos parents ou grands-parents parlaient naturellement deviennent malheureusement langue étrangère pour les plus jeunes générations. Moins de 3% des enfants en Alsace et Moselle les comprennent ou pratiquent encore. La situation est critique mais ne semble pas émouvoir les instances concernées.

 

 

Nous pressentons que vous saurez faire entendre la voix des régions et leur légitime et raisonnable aspiration à une reconnaissance et un statut officiel pour leurs langues. 

Nos comptons sur vous pour faire évoluer la vénérable assemblée que vous venez de rejoindre vers l'incitation - enfin! - à la ratification par la France de la charte européenne des langues régionales et minoritaires. Il n'est pas acceptable que notre pays reste l'exception monolingue de l'Europe du XXIe siècle. 

 

Comme vous, nous refusons la fatalité du globish, du nivellement et du recul de la biodiversité culturelle et linguistique. Le professeur Claude Hagège l'écrit : le combat, nécessaire et urgent, pour la langue française gagnera en efficacité et légitimité s'il s'appuie sur la préservation et la promotion de toutes les langues de France. Nous attendons beaucoup de votre engagement dans ce sens, car - nous en sommes convaincus - la Force est avec vous !

 

Dans cette perspective, nous restons à votre écoute et à votre disposition, surtout si vous envisagiez un Tour de France des langues régionales. Veuillez agréer, Madame, l'expression de nos respectueuses salutations alsaciennes,

 

In elsässischer Hochachtung,

 

Andrée Munchenbach

Secrétaire fédérale d'Unser Land

+33 6 35 10 28 78

Communiqué concernant les condamnations des prisonniers politiques catalans

Unser Land proteste contre les condamnations extrêmement sévères des prisonniers politiques catalans par la justice du régime espagnol et exige leur libération immédiate.

 

Nous avons appris avec consternation les condamnations extrêmement sévères des prisonniers politiques catalans, peines allant jusqu’à treize ans de prison ferme. 

 

Alors que ces dirigeants réélus en prison ou en exil avaient exercé le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes en organisant un référendum démocratique, voilà que l’état espagnol, loin de trouver des solutions d’apaisement et de concorde, prend des mesures provocatrices contre le Peuple catalan, mesures qui ne peuvent qu’entraîner la résistance, la violence, voire la guerre civile au pire.

 

Unser Land apporte son soutien indéfectible au Peuple catalan, exige la libération immédiate des prisonniers politiques et s’étonne de la passivité de l’Europe alors que la plupart des condamnés viennent d’être élus par le Peuple catalan au Parlement européen. Ils devaient siéger pour la plupart, dans le groupe parlementaire Alliance Libre Européenne/Les Verts dont est membre Unser Land. 

 

Nous condamnons également le soutien du président Macron au régime espagnol dans la crise catalane. 

 

Unser Land appelle à la construction d’une Europe des Peuples et non d’une Europe d’États-nations oppresseurs de peuples sans état.

 

Régis Baschung

+ 33 6 52 66 89 66

concernant l’attaque des Kurdes par la Turquie

L’Europe actuelle est condamnée à subir la situation chaotique au Moyen-Orient. Fort de son expertise alsacienne, Unser Land prend acte des limites actuelles de la construction européenne sous l’égide des Nations et appel à basculer urgemment vers le modèle fédéral qui respect les Peuples, sous peine de risque d’éclatement.

 

Unser Land soutient tout peuple de ce monde luttant pour sa survie culturelle, linguistique et parfois même territoriale. Et ceci d’autant plus quand les forces décidées à mettre ce peuple à genoux usent d’une puissance démesurée pour imposer leur hégémonie. 

 

Le peuple kurde, qui aura protégé — temporairement — l’Occident des terroristes de Daesh, est sacrifié sur l’autel d’une conjonction défavorable entre les intérêts des puissances régionales et les intérêts géostratégiques des puissances globales.

Face à ce scandale, la communauté européenne est aphone, pétrifiée par la menace de Recep Tayyip Erdogan, président du pays agresseur (notre allié au sein de l’OTAN), de provoquer avec effet immédiat un déferlement de plus de 3 millions de migrants sur l’Europe. Nous avons choisi de dépendre sur le plan militaire de l’allié américain. Mais il nargue avec cynisme la France et l’Allemagne qui n’auraient qu’à se débrouiller avec les réfugiés issus de sa propre politique continue de déstabilisation de cette région du monde. L’Union européenne est réduite à subir dans un contexte qui pourrait conduire à son explosion.

 

Si Unser Land se bat pour les droits du peuple alsacien, c’est parce que cette lutte fondamentale s’inscrit aussi dans un contexte de « principe ». Nous nous battons pour une Alsace affirmée, bilingue et assumant son histoire, car nous croyons qu’elle a un rôle original à jouer. La France, l’Allemagne et plus globalement le modèle de société européen ne survivront dans le monde tel qu’il évolue que par l’union. Mais pas une union construite sur des mensonges, qui dissout, nivelle et annihile les différences.

 

L’Alsace devrait jouer un rôle éminent dans la construction d’une union forte de ses racines, puisque nous sommes, avec la Moselle, le point de rencontre entre peuple allemand et nation française. On ose à peine imaginer le potentiel positif dans le cadre de la construction d’une véritable Europe des Peuples si notre identité historique et linguistique était reconnue et valorisée. 

 

Le temps presse désormais : l’Alsace, folklorisée, linguicidée, se transforme en boutique de bretzels dans une Union européenne menacée de délitement à brève échéance. Si nous n’arrivons pas à nous donner plus de consistance, il est fort à parier que nous disparaîtrons en tant que peuple.

 

Il serait indécent de comparer sur le plan matériel la situation actuelle de l’Alsace avec celle du Kurdistan ; il n’en demeure pas moins que nous sommes sur le même bateau et que nous risquons, Alsaciens et Kurdes, dans des conditions certes différentes, de disparaître des écrans radars. Et quand les fous de la globalisation et autres chantre de la théorie des grands ensembles monolithes subiront leurs nefs devenues ingouvernables, il sera trop tard, car le recours à un autre mode de pensée par la diversité ne sera plus.

 

Martin Meyer

Secrétaire général d'Unser Land

+33 6 03 51 19 86