Actualité de Oui au Pays Catalan

INFRASTRUCTURES : UN TERRITOIRE A L'ABANDON !

Est-ce que Paris aurait pour seul objectif de nous couper du monde ? Voici une question que nous sommes en droit de nous poser.

 

Un constat simple, entre la RN 116, la voie ferrée, le sous-équipement de l’aéroport et l’autoroute nous allons finir par devenir une île. Comment pouvons-nous faire prospérer notre Pays Catalan si nous n’avons pas les infrastructures nécessaires pour mener à bien nos projets ? Au vu de la situation de notre territoire, son développement est crucial à nos yeux.

 

En ce qui concerne la RN 116, pour ne citer que ce problème, en 2017 nous dénoncions déjà le manque d’investissements de l’État concernant les travaux sur cette nationale. Aujourd’hui rien n’a changé et la situation a même empiré suite à l’affaissement de la chaussée. Des dégâts qui auraient pu être évités depuis longtemps si les promesses faites il y a quelques années avaient été tenues.

 

Nous n’avons aucunement l’intention de rentrer dans une logique de victimisation, bien au contraire, mais nous soutenons depuis la naissance de notre mouvement la création d’une collectivité territoriale unique qui décentraliserait le pouvoir à Perpignan et nous permettrait de mieux gérer les fonds alloués à la collectivité.

 

 

Depuis bien trop longtemps ces problèmes durent, pour changer cela il nous faut de la réactivité et la connaissance de la situation de notre territoire et personne ne peut le faire à notre place !

CAPES CATALAN : LA REPUBLIQUE DOIT RESPECTER NOTRE LANGUE !

Le Ministère de l’Éducation Nationale a décidé de suspendre la session 2020 du concours externe du Certificat d'Aptitude au Professorat de l'Enseignement du Second degré (CAPES) dans la section langues régionales catalan. Une épreuve qui permet depuis 1992 de former un corps spécialisé de professeurs qui enseignent en langue catalane dans les lycées et les collèges publics du Pays Catalan.

Cette suspension du CAPES de catalan est d'autant plus surprenante que le gouvernement français a décidé en mars 2017 de créer une agrégation de Langues de France dont une des options est le catalan. L'agrégation est un concours de haut niveau très sélectif qui permet d'être professeur, y compris dans les classes préparatoires et à l'université. La première session des épreuves de l'agrégation de catalan a eu lieu en juin 2019.

 

En Pays Catalan, l'immense majorité de la population souhaite développer l'enseignement en langue catalane, comme le démontrent les enquêtes d'opinion menées ces dernières années dans lesquelles plus de trois quarts des habitants sont favorables à l’initiation au catalan et à l’enseignement bilingue.

 

Pourtant, seuls 8 % des enfants bénéficient de l'enseignement bilingue ou immersif, et 10 % de l'initiation, bien loin des chiffres du Pays Basque, de la Corse ou de l'Alsace.

 

Face à cette forte demande populaire le gouvernement répond en réduisant les horaires et les postes d'enseignants, c'est-à-dire en poursuivant la marginalisation et la dévalorisation du catalan.

 

OUI au Pays Catalan demande à l’État de cesser de mépriser la volonté des populations catalanes et de considérer le catalan comme un vecteur d'ouverture culturelle et de développement économique.

Diada 2019 : VISCA LA LLIBERTAT !

Demain, mercredi 11 septembre 2019, une délégation de OUI au Pays Catalan sera présente à la Diada à Barcelone pour soutenir la démocratie et les prisonniers politiques Catalans qui sont, rappelons le, emprisonnés depuis bientôt deux ans !

 

Nous continuerons à défendre le droit des peuples à disposer d'eux mêmes, car l'autodétermination n'est pas un crime. Nous continuerons à être solidaire des Catalans du sud comme nous l'avons été lors du référendum de 2017.

 

Le procès des responsables politiques Catalans qui s'est déroulé cette année est une attaque à la démocratie et à la liberté d'expression et il nous est impossible de ne pas nous dresser face à cette injustice.

 

 

Rendez-vous demain a Barcelone pour montrer notre soutien et faire entendre notre voix !

Perpignan: Les Républicains joueront-ils à l’extrême-droite ?

Jeudi 22 août se déroulait le derby de rugby à XV USAP-Béziers. Lors de l’avant-match, c’est une autre partie qui se jouait : celle de la communication politique.

A l’invitation de François Rivière, Président du club Sang et Or, étaient présents la députée Emmanuelle Ménard et son mari le Maire de Béziers, Robert Ménard, tous deux élus grâce au soutien du Rassemblement National. Également, l’ex-chevènementiste et conseiller municipal Républicain sans délégation de la ville de Perpignan, Olivier Amiel, le maire de droite du Barcarès Alain Ferrand, ainsi que le collaborateur des Le Pen, Jean-Marie et Marine, l’Ariégois M. Alliot, candidat à tout, chez nous !

 

 

Toutes ces «vedettes» ont fait un tour de stade, arborant un grand sourire complice, alignées comme une première ligne prête à partir ensemble au combat.Cette image qui a dû retourner dans leurs tombes ceux qui ont construit notre emblématique Club catalan fera date grâce au photographe de L’indépendant.

 

 

Comme chacun sait, les connivences entre le monde sportif et la sphère politique ne sont hélas pas nouvelles. Mais Oui au Pays Catalan tient à dénoncer le jeu dangereux de la droite perpignanaise avec les représentants de l’extrême-droite.Les récentes confidences du trésorier du parti des Républicains sur ses bonnes relations avec Robert Ménard nous laissent donc perplexes quant à sa vision politique pour la ville de Perpignan.

 

Nous rappelons aux apprentis-sorciers les fondements de l’extrême-droite : exclusion, complotisme, anti-européanisme et refus de l’autre. Personne n'est dupe face à cette tentative grotesque de rendre aimable l'image d'une extrême-droite toujours infréquentable et anticatalane.

 

OUI au Pays Catalan appelle dès aujourd’hui ceux qui se revendiquent héritiers du Général De Gaulle à se ressaisir. Qu’ils se joignent à nous pour que notre Pays Catalan soit fier d’avoir à la tête de Perpignan des gens aimant notre terre, dignes de notre passé de tolérance et de justice.

 

OUI au Pays Catalan s’engagera en effet dans les prochaines Municipales de Perpignan avec une équipe compétente pour porter un projet ambitieux, ouvert et d’avenir, afin de donner un vrai nouveau départ à la capitale du Pays Catalan.

CANICULE : SOUTENONS LES AGRICULTEURS CATALANS

Vendredi 28 juin 2019, le feu est véritablement tombé sur notre département, des centaines d’hectares de vignes, de pêchers, d’abricotiers ont été dévastées par la canicule. Le manque à gagner pour nos agriculteurs est considérable, allant pour certains jusqu’à 80% de perte de leurs productions à venir.

 

Depuis plus d’un mois, par ailleurs, les services de l’Etat n’ont pas activé le plan « calamité agricole, » laissant les professionnels catalans de la terre dans un flou et un stress absolu, alors que d’autres départements de l’hexagone ont été bien plus réactifs.C’est pourquoi nous demandons au Préfet des Pyrénées-Orientales Philippe Chopin de s’impliquer au plus vite dans ce dossier et de déclencher le plan d’urgence !

L’économie de notre département dépend en effet en bonne partie de notre production agricole, or le réchauffement climatique est un fait incontestable, il faut donc se préparer à des événements de plus en plus difficiles et fréquents.

Nous ne pouvons rester sans rien décider, et les solutions ne peuvent pas seulement arriver de Paris! Il s’agit de prendre en main l’avenir de notre économie dans ce contexte climatique.

 

Avec Oui Au Pays Catalan, réclamons la création d’une Collectivité Territoriale Unique, l’institution indispensable pour mettre en place chez nous nos propres solutions, et notamment un plan d’envergure sur l’avenir climatique, économique et social du Pays Catalan !