Actualité de Oui au Pays Catalan

M. Macron répond aux riches !

Après les annonces du Président Macron pour répondre à la crise provoquée par l’action des Gilets Jaunes, Oui au Pays Catalan manifeste sa position :

  1. Nous saluons le début de révision de la politique économique mise en place depuis un an et demi, qu’a provoqué l’action des manifestants. Cette politique écrasait les couches populaires et une grande partie des classes moyennes, les mesures annoncées demandent à être approfondies et concrétisées.
  2. Oui au Pays Catalan prend acte de la déclaration du Président dans laquelle il reconnaît le mépris du pouvoir central envers les territoires périphériques et le fait que la plupart des décisions les concernant leur sont imposées depuis Paris.
  3. En ce sens, Oui au Pays Catalan appelle le pouvoir parisien à revoir la décision prise à l’encontre de la volonté de la majorité des Catalans, à savoir l’annexion politique du Pays catalan par la région Occitanie. Conséquemment, dans le cadre de la concertation proposée par le chef de l’État, nous demandons la possibilité d’étudier la pertinence de la création d’une Collectivité « Pays Catalan » comme unique institution territoriale, qui pourrait être source d’économies et de clarification de compétences.
  4. La crise actuelle découle directement de la négation des territoires périphériques par la capitale, elle est la preuve éclatante de l’échec du centralisme jacobin. Pouvoir régler nos problèmes sociaux, économiques, écologiques, culturels, humains, géographiques… l’État doit prendre en compte les spécificités de notre territoire ainsi que sa cohésion et son unicité historique, géographique et culturelle.
  5. Cette négation de nos spécificités étouffe l’identité catalane et nous empêche d’avoir les moyens institutionnels de résoudre les problèmes économiques d’une grande partie de la population qui vit, depuis des décennies, dans une situation comparable à celle de DOM-TOM : chômage massif, bas salaires, précarité.

 

M. le Président, nous ne pouvons pas accepter de nous enfoncer davantage ! Oui au Pays Catalan est prêt à relever le défi : nous sommes sûrs que le peuple catalan possède la volonté et l’énergie nécessaires l’amélioration de notre situation. Donnez-nous les moyens institutionnels de créer une Collectivité territoriale « Pays Catalan » afin de redresser notre territoire dans le respect de la République.

Jordi Vera

Réhabilitons les trains d’aquí

Avec la mobilisation des «gilets jaunes» ces derniers jours contre l’augmentation des taxes et notamment la taxe-carburant, une question reste: comment se «sevrer» de la dépendance obligée à l’automobile et comment rendre sans elle notre territoire mieux “connecté”?

Dans plusieurs pays européens une alternative a été trouvée pour réduire cette dépendance. En Allemagne 600 km de petites lignes ferroviaires et 300 gares ont été rouvertes, et 300 km de lignes sont en cours de remise en service. En Autriche, principalement dans l’ouest du pays, c’est l’alternative des bus qui a été privilégiée: des véhicules circulent de 7h à 20h à la fréquence d’un par heure,et, sur 3 lignes, à la fréquence de 30 minutes, et ce jusqu’à minuit. Toute agglomération est desservie par 8 à 12 allers-retours quotidiens et les correspondances entre les lignes sont assurées systématiquement.

 

L’Italie est l’exemple qui nous concerne le plus, et plus particulièrement dans le Tyrol, avec la réouverture, en 2005, d’une ligne ferroviaire «rurale» fermée en 1991. Rouverte grâce aux collectivités locales, elle proposait cette offre attractive: un train par heure de 5h à 23h. Le bilan a été sans équivoque: 2.7 millions d’utilisateurs en 2010 soit 7000 par jour! Et malgré les oppositions habituelles à ce genre de projets: les gens ne prendront pas le train, ils ont déjà une voiture, etc. Un succès tel que l’achat de nouvelles rames électriques de plus grande capacité a été décidé.

 

En Pays Catalan nous avons un réseau existant que nous pouvons recycler pour créer clés en main un “métro” à ciel ouvert: oui, les lignes existantes peuvent devenir un énorme réseau de communications dans tout le Pays Catalan, de Cerbère à Salses, avec de nouveaux arrêts tels que Polygone Sud, Université, Aéroport... De Perpignan à Céret et au-delà, de Perpignan à Villefranche, puis de Perpignan à Saint-Paul. Ce maillage rendrait au Pays Catalan une attactivité nouvelle, il serait source d’économies et répondrait à l’urgence écologique!

 

Pour cela, il nous faut une volonté politique. Une Collectivité Territoriale Catalane serait l’outil adéquat. Mais d’ores et déjà, les institutions existantes pourraient collaborer pour initier la mise en place et proposer un tarif intéressant, des horaires attractifs qui pousseraient le plus grand nombre à utiliser le train. Nous avons tout un réseau de petites gares en zone péri-rurale. Les lignes de bus viendraient en complément pour faciliter le déplacement des usagers sur l’ensemble du territoire. Encore une fois, si nous avions le pouvoir de décider chez nous, nous pourrions prendre des mesures ayant un réel impact sur la vie des habitants, sur l’économie du pays et sur l’environnement.

 

Oui au Pays Catalan demande qu’une réelle alternative à la dépendance automobile soit étudiée de toute urgence pour notre territoire catalan. Il est temps d’avancer vers l’avenir en nous inspirant de ce qu’avaient fait les «anciens» avec les réseaux routier et ferroviaire. Il est temps de réactiver et amplifier ce maillage pour redynamiser notre économie.

Jordi Vera

Morts pour le Pays Catalan

Cette année 2018, on commémore le 100 ème anniversaire de la fin de «La Grande Guerre». Il faut savoir qu’en Pays Catalan, au terme de 4 longues années de combats mortifères, c’est à 8845 morts que s’est chiffrée notre perte en forces vives.

 

Morts pour la France, selon le terme consacré. Mais sont-ils morts pour un slogan patriotique ou sont-ils morts pour protéger les leurs? Ni l’un ni l’autre, ils étaient des conscrits engagés au front à ce titre. Défendaient-ils les leurs? Non, car à des centaines de kilomètres de la ligne de combat ils étaient loin de notre Pays Catalan. Ils ont donc participé à l’effort de guerre pour assurer l’avenir de leur pays, car c’est ainsi que le pouvoir de Paris le leur persuadait et mobilisait les jeunes et moins jeunes aux 4 coins de l’hexagone.

 

Il faut préciser que ces soldats s’exprimaient alors dans toutes les langues de France, et les nôtres en catalan, leur langue maternelle, affirmation confirmée par le Maréchal Joffre qui, en visite dans les tranchées, s’adressait à ses compatriotes dans leur langue commune, le catalan.

 

Aujourd’hui nous, les descendants de tous ces soldats qui ont sacrifié leur vie pour la République, nous posons la question: la République nous a-t-elle rendu quelque chose de leur sacrifice? qu’a-t-elle fait en retour pour le Pays Catalan, pour sa culture, pour sa langue, les a-t-elledignifiées, protégées, a-t-elle seulement reconnu notre particularité?

 

Oui au Pays Catalan rend hommage à nos anciens de 14-18 qui ont fait leur devoir avec courage parce qu’ils étaient fiers de représenter leur patrie catalane. Nous réclamons en leur nom à la France le respect et la reconnaissance institutionnelle de notre territoire dans le cadre de cette République pour qui ils ont versé leur sang.

Occitanie, le grand gaspillage et zéro profit pour le Pays Catalan !

La fusion des Régions à la française devait apporter, comme promis en 2015 par ses grands défenseurs, économies budgétaires, simplification administrative, puissance économique de dimension européenne et cohérence territoriale ! Beau programme...

Qu’en est-il 3 ans plus tard ?

 

Au-delà de ne pas avoir fait faire d’économies comme annoncé, la Région Occitanie coûte plus cher aux administrés : 400 000 euros annuels de frais de réunions pour contenter Montpellier, plus de 5 millions d’euros d’augmentation de prime pour que l’ensemble des agents soient logés à la même enseigne, des milliers d’euros d’augmentation pour les élus-fantômes car leurs champs de compétence sont, paraît-il, plus importants. Également, la Région étant la deuxième plus grande de France, les frais de déplacement y ont explosé aussi de plus de 600 000 euros ! D’autre part, afin de mieux annexer notre Pays Catalan, et supprimer sa singularité plus de 10 millions d’euros ont été alloués pour afficher la marque Occitanie à l’obsolescence programmée en Pays Catalan, sur des panneaux, des en-tête, etc...

 

La Cour des Comptes a d’ailleurs épinglé la gloutonne Occitane : « Contrairement à l’ambition initiale, cette réforme n’a pas simplifié l’architecture des institutions locales.(...) L’enchevêtrement des compétences des collectivités demeure une réalité. »

 

Rassurez-vous, la Région n’est pas la plus mauvaise en tout, elle est sur la première marche du podium en ce qui concerne, comme on l’a vu, l’explosion de ses coûts de fonctionnement ! Et elle est la deuxième Région au taux de chômage le plus élevé. Cette nouvelle structure n’aura donc rien apporté non plus en terme d’attractivité économique. Les grands projets européens porteurs d’emploi resteront sur les brochures de campagne électorale.

 

Notre mouvement politique avait dès 2015 prévenu de cette vaste escroquerie. Nous condamnons le gâchis que pour notre Pays Catalan représente cette annexion forcée a une Région qui a dépassé son budget de plus de dizaines de millions d’euros sans résultat positif sur le terrain catalan.

 

Pour sortir de cette ornière et donner un avenir politique et économique au Pays Catalan, nous devons de toute urgence œuvrer à la construction de notre propre institution territoriale, comme l’ont fait les Basques, les Corses, les Alsaciens. C’est possible dans le cadre légal qu’offre la République française et nous devons obtenir d’urgence la dénomination officielle de Pays Catalan pour notre département.

 

Philippe Simon

Solidarité catalane

Au vu de la situation, plus que critique, chez nos voisins de l'Aude, nous nous devons de montrer notre solidarité. Nous,OPCat, demandons à tout le Pays Catalan de se mobiliser pour leur apporter le soutien dont ils ont besoin.

Avec l'hiver qui approche, nous lançons un appel auprès des municipalités pour qui mettent des locaux à disposition  et aux habitants du Pays Catalan à faire des dons pour aider les familles qui ont tout perdu, pour qu'elles retrouvent un minimum de confort.Si vous avez des vêtements, de l'électroménager ou quoi que ce soit qui pourrait leur permettre de retrouver un peu de bien-être, adressez vous à votre mairie, au Secours Populaire, ou au Secours Catholique.

 

Nous ouvrons aussi une permanence à notre siège, 22 boulevard Aristide Briand 66000 Perpignan, jeudi et vendredi prochains de 14 h a 18 h afin que vous puissiez y déposer vos dons que nous amènerons sur place, par camion, samedi 20 octobre.  Nous tenons aussi à adresser toutes nos sincères condoléances aux familles des victimes.

 

Catalanes, catalans montrons notre solidarité à nos voisins Audois et donnons ce que nous pouvons donner pour leur venir en aide. Aujourd'hui plus que jamais la solidarité est primordiale !