Elisabeth Borne, Première ministre : Changer tout pour au final ne rien changer

Quelle ironie, la nomination d’Elisabeth Borne à Matignon, quelques jours après que le Président de la République a annoncé la transformation du nom de son parti En Marche, en Renaissance, elle qui fut ministre d’Emmanuel Macron pendant tout son quinquennat.

 

Elisabeth Borne comme Première ministre c’est finalement le choix de la continuité plus que de la rupture et du renouveau contrairement aux annonces d’Emmanuel Macron. Et si la présence d’une femme à la tête du Gouvernement est une avancée symbolique mais non négligeable pour l’égalité femmes-hommes, tout laisse à croire qu’au-delà des apparences, rien ne changera dans la politique d’Emmanuel Macron.

Lire la suite

2nd tour de l’élection présidentielle : Si le pire a été évité, la Ve république est malade

Mais avec près de 42% des suffrages, la candidate du Rassemblement National progresse de 9 points par rapport à 2017. Jamais le score de l’extrême-droite n’a été aussi élevé au second tour d’une élection présidentielle.

 

Avec plus de 28% d’abstention et 3,1 millions de votes blanc ou nuls, les électeurs se sont détournés massivement de l’offre du second tour de l’élection présidentielle. Cette démobilisation historique est le fruit du rejet à la fois d’Emmanuel Macron, de sa politique et de sa personne, et de la verticalité du système présidentiel français. Le temps de l’Homme providentiel est révolu. C’est le second enseignement de la Présidentielle.

Lire la suite

Second tour de l’élection présidentielle : Aucune voix régionaliste pour Marine Le Pen

Comme en 2017, le premier tour de l’élection présidentielle s’est achevé par la qualification au second tour d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen.

 

Considérant qu’aucun candidat ne proposait clairement de rompre avec le jacobinisme et d’engager effectivement la France sur la voie du fédéralisme différencié, Régions et Peuples Solidaires (R&PS) avait décidé de n’apporter son soutien, au premier tour, à aucun candidat à l’élection présidentielle et d’évaluer le programme des douze candidats.

Lire la suite

Agression contre Yvan Colonna, R&PS exige une enquête

Incarcéré à la prison d’Arles, Yvan Colonna, victime d’une agression sauvage par un autre détenu, est aujourd’hui dans un état grave.

 

En tant que Détenu Particulièrement Signalé (DPS), Yvan Colonna à qui la justice avait refusé le rapprochement au détriment du droit devait bénéficier d’une surveillance accrue du personnel carcéral. Il est alors incompréhensible qu’une tentative d’assassinat ait pu se produire contre un prisonnier aussi contrôlé.

Lire la suite

RÉGIONS ET PEUPLES SOLIDAIRES CONDAMNE L’INVASION DE L’UKRAINE PAR L’ARMÉE RUSSE ET EN APPELLE A LA DÉSESCALADE DES TENSIONS

Faisant fi du droit international, l’armée russe a envahi l’Ukraine. Il s’agit d’une agression qui ne peut rester sans réaction ferme de la communauté internationale. La défense de la minorité russophone du Donbass était un prétexte.

 

Après la satellisation de la Biélorussie, l'occupation d'une partie de la Géorgie, l’annexion de la Crimée, et la reconnaissance unilatérale de l’indépendance des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk par la Russie, l’invasion de l’Ukraine représente une étape supplémentaire de l’expansion russe en Europe voulue par Vladimir Poutine. A défaut de sanctions efficaces quelles seront les prochaines étapes ?

Lire la suite

Élection présidentielle 2022 : R&PS ne soutient aucun candidat

Lors de son congrès 2021 à Toulon, Régions et Peuples Solidaires (R&PS) avait annoncé « participer activement à la phase des élections présidentielle et législatives de 2022 afin de défendre le projet d'un fédéralisme différencié ». 

 

Concernant l’élection présidentielle, R&PS s’était laissé jusqu’à la fin de l’hiver pour évaluer les convergences avec les candidats. Samedi 19 février, le Conseil Fédéral de R&PS (qui rassemble les représentants des quatorze organisations membres à part entière) s’est réuni pour arrêter sa décision.

Lire la suite

RÉSULTAT DE LA CONSULTATION CITOYENNE: L'ALSACE DOIT SORTIR DU GRAND EST

La fédération Régions et Peuples Solidaires se félicite du résultat obtenu par la consultation citoyenne organisée par Collectivité européenne d’Alsace. Plus de 170.000 votants - soit 13% du corps électoral - se sont exprimés.

 

Faute de référendum, après quatre sondages (CSA en mai 2017, IFOP en février 2018, février 2019 et novembre 2021), cette consultation vient confirmer, une nouvelle fois, de façon éclatante (92% des votants) la volonté inébranlable des Alsaciens de sortir de la région Grand Est et de retrouver leur pleine et entière autonomie régionale.

Lire la suite